Pourquoi une oncologie intégrative ?

Temps de lecture : 2 minutes /

Dans un article récent, une équipe médicale du Centre cancérologique Léon-Bérard de Lyon présentait un état des lieux et la place d’une consultation dédiée aux thérapeutiques complémentaires dans leur centre de lutte contre le cancer (www.em-consute.com/revue/bulcan).

Les auteurs, sous l’autorité de Bénédicte Mastroianni, mettent en évidence les nouveaux besoins qui dépassent le cadre de la médecine conventionnelle. L’objectif est d’améliorer la qualité de vie, d’aider les patients à devenir acteurs de leur santé. L’oncologie intégrative permet l’accès à des thérapeutiques complémentaires.

Des recommandations internationales, notamment dans le cadre du cancer du sein, font la promotion de thérapeutiques complémentaires comme soins efficaces sur le corps et l’esprit.

 

Il est nécessaire de coordonner dans le prise en charge globale du patient l’accès aux thérapeutiques complémentaires. Cela nécessite l’aval des oncologues, une équipe formées à ces pratiques de support et une coordination des soins efficaces.

Le Dr Alain Toledano, oncologue et  directeur de l’Institut Raphaël de Paris, met en place, à l’aide du Conservatoire National des Arts et Métiers, une nouvelle profession de coordinateur de soins intégratifs.

Les auteurs mettent en avant une meilleure communication des oncologue autour des thérapies complémentaires qui permettrait une prise en charge plus efficace et d’éviter le recours à des technique potentiellement dangereuses pour les patients.

Les patients sont en attente de cette ouverture dont ils sont conscient de l’importance pour leur qualité de vie, voire de survie. N’oublions pas que dans une récente étude, le Dr Bagot a fait état de plus de 60% de patients ayant recours à l’homéopathie en soin de support cancérologique. L’homéopathie (en formation universitaire) )faisant partie, selon les auteurs, des 4 thérapies conventionnelles reconnues par le Conseil National de l’Ordre des Médecins : acupuncture, homéopathie, mésothérapie et ostéopathie.

Les thérapeutiques complémentaires ont un impact sur des indicateurs de santé, de qualité de vie, comportementaux et socioéconomiques. Il va de soi que la mise en œuvre nécessite une expertise et une éthique essentielles.

 

Nous parlons bien ici de thérapeutiques complémentaire et non alternatives. De nombreuses études montrent la perte de chance importante dans divers cancer d’une alternative aux traitements conventionnels (chimiothérapie, radiothérapie et chirurgie).

La médecine évolue et progresse dans la prise en charge des maladies graves. Elle ne pourra pas faire l’impasse sur les thérapeutiques complémentaires pour le bien des malades. La santé de demain passera par la médecine intégrative.

Je vous souhaites d’excellentes fêtes de fin d’année et prenez bien soin de vous.

 

Dr Antoine Demonceaux

 

 

 

 

 

Bibiographie :

Bull Cancer 2022 ; 109 : 1308-1314

Use of Homeopathy in Integrative Oncology inStrasbourg, France: Multi-center Cross-Sectional. Descriptive Study of Patients Undergoing Cancer Treatment

Rodrigues M. Utilisation des médecines alternatives et complémentaires par les patients en cancérologie : résultats de l’étude MAC-AERIO EUROCANCER. Paris: John Libbey Eurotext;2010;95–6.

Par SafeMed

Collectif de patients et professionnels de santé pour une médecine intégrative.