Quels sont les meilleurs probiotiques naturels ?

Temps de lecture : 3 minutes /

Vous avez sûrement déjà entendu parler des probiotiques… Généralement, ils sont prescrits sur l’ordonnance en même temps que les antibiotiques. En effet, les antibiotiques (c’est pas automatique), ne se contentent pas de tuer les bactéries nocives à l’origine des maladies mais ils causent aussi quelques dommages collatéraux au sein de notre microbiote, la complexe communauté de bactéries qui peuple nos intestins. Le médecin ou le pharmacien indiquera donc de prendre des probiotiques pour repeupler le microbiote pendant un traitement antibiotique. Mais saviez-vous que l’on trouve également des probiotiques ailleurs que dans une pharmacie ?

Qu’est ce que le microbiote ? 

Le microbiote c’est également ce que l’on appelle la flore intestinale, une colonie peuplée d’environ 100 000 milliards de bactéries qui pèse environ 2 kilos ! Ce sont environ 500 espèces de bactéries qui sont réparties inégalement tout au long du tube digestif en fonction du pH et de la présence ou non d’oxygène. A la naissance, le milieu intestinal est presque stérile, l’ensemencement s’effectue lors de l’accouchement au contact de la flore maternelle et se stabilise au bout de deux ans. De fait, chaque individu possède un microbiote unique qui varie en fonction du mode d’accouchement, du mode de nutrition infantile, de la qualité des aliments et de l’exposition à certaines substances chimiques. L’allaitement maternel a ainsi un impact très positif car il est une véritable source d’anticorps et de bactéries pour l’enfant. Un bon microbiote est une flore stable, en vieillissant, certaines bactéries présentes dans le colon diminuent ce qui entraîne un ralentissement du transit.  

 

Quel est le rôle du microbiote ? 

Lorsqu’un microbiote est équilibré, il améliore l’absorption des minéraux (magnésium, calcium, fer…), synthétique des acides aminés et des vitamines (B8, B12…), il digère des nutriments (lactose, amidon…), recycle le cholestérol, les hormones stéroïdiennes et les acides biliaires. Il réduit la perméabilité intestinale, empêche l’adhésion de micro-organismes pathogènes et sécrète des substances anti-microbiennes. Il renforce la muqueuse intestinale, régule l’appétit et le transit et enfin, il produit des neuromédiateurs similaires à ceux qui sont produits par le cerveau. 

 

Comment savoir si ma flore est équilibrée ? 

En observant ses symptômes car une flore déséquilibrée (aussi connue sous le nom de dysbiose) peut avoir des effets indésirables comme : une fatigue, des diarrhées, une constipation, des ballonnements, un déficit immunitaire ou encore des troubles digestifs. Parmi les facteurs aggravant nous retrouvons (presque) toujours la même association de malfaiteurs : la sédentarité, le stress, le tabac et l’alcool mais aussi une alimentation inadaptée riche en sucre ou en aliments industriels. 

 

Comment reconstituer ou préserver la flore intestinale ? 

Parmi les probiotiques présents naturellement dans l’alimentation on va retrouver des aliments essentiellement fermentés : le kéfir (boisson fermentée à partir de lait ou de jus de fruits), le kombucha (boisson fermentée à base de thé), les yaourts, la choucroute crue, les légumes fermentés, la levure de bière, le pain au levain… 

Les pays asiatiques l’ont bien compris, ils sont amateurs d’aliments fermentés, d’ailleurs connaissez-vous le kimchi ? C’est un plat traditionnel coréen de légumes fermentés, avec le plus souvent du chou chinois, des carottes, des radis, de l’ail, de l’oignon et du piment rouge. Cette mixture, une fois fermentée, est utilisée pour agrémenter les plats quotidiens. Grâce à sa concentration en acide lactique supérieure à celle du yaourt, sa forte teneur en fibres, sa faible teneur en calorie et sa forte teneur en vitamine C, les sud-coréens, soucieux de leur bien-être, en consomment jusqu’à 18kg de kimchi par an et par personne. Cela donne envie de trouver une recette et de s’y mettre, non ? 

 

Et si ça ne suffit pas ? 

Puisque l’alimentation fermentée peut ne pas plaire à tout le monde et être présente à tous les repas, en cas de dysbiose ou d’inconfort intestinal, on pourra se supplémenter en probiotiques sous forme de compléments alimentaires (gélules, comprimés ou poudre) demandez conseil à votre pharmacien. 

Par SafeMed

Collectif de patients et professionnels de santé pour une médecine intégrative.