La religion de l’Evidence Based Medecine a trouvé ses intégristes

Les tenants du tout EBM (Evidence Base Medecine) pensent que tout, médicaments, techniques médicales, goût du saucisson… peut et doit être évalué par cette méthode. C’est simple, il suffit de comparer des groupes appareillés (semblables) à un groupe prenant un placebo qui représente leur Graal.

Imaginer que la psyché d’un être humain puisse contribuer à son rétablissement est à l’opposé de leur idéologie. Cela les contrarie même beaucoup car il a été démontré que des patients qui prennent des médicaments dans lesquels il n’y a rien (placebo) peuvent aussi bénéficier d’un effet positif.

Certains disent aussi que cela fausse en partie les études puisqu’on ne sait jamais si c’est le sacro-saint médicament qui agit seul ou avec un peu d’effet placebo.

Et pourtant, on commence à entendre que la relation malade/médecin devrait être davantage prise en compte dans les études afin de mieux en mesurer l’effet et l’impact sur la moindre prescription de médicaments conventionnels.

A l’heure où la médecine devient intégrative, c’est-à-dire accepte d’enrichir les traitement dits conventionnels par des thérapeutiques complémentaires, l’arrière garde de la médecine à la papa freine des quatre fers. Quand l’hôpital évalue l’intérêt de l’hypnose, la méditation, les huiles essentielles, l’homéopathie, l’acupuncture pour améliorer la qualité de vie des patients, ces ayatollahs ne parlent surtout pas des 20 000 morts par an et plus de 130 000 hospitalisations causées par le mésusage des médicaments. Les scandales médicamenteux (Médiator, Dépakine, Levothyrox et autres) sont passés sous silence au profit des risques, inconsidérés disent-ils, pris par les patients soignés par homéopathie. On rêve.

Ces intégristes ont montré leur manque d’ouverture en enfermant le débat dans une idéologie, certes dominante, mais qui passera comme toutes les dictatures intellectuelles imposées à une population qui n’est pas dupe.

« Il ne faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages » comme disait Audiard, bien que je ne pense pas qu’il ait connu Oscillococcinum !

Par Antoine Demonceaux

Médecin généraliste, homéopathe et psychanalyste

Bonjour, je m'appelle Antoine Demonceaux. Je suis médecin généraliste, homéopathe et psychanalyste depuis plus de 35 ans. Je suis également le Président de l'association Centre Ressource Reims.