10 ans d’homéopathie à l’hôpital

N’en déplaise aux grincheux, l’homéopathie à toute sa place à l’hôpital. J’en veux pour preuve l’expérience que j’ai vécue au CHU de Reims.

Dans le but d’offrir un terrain de stage aux étudiants visant le diplôme de thérapeutique homéopathique (DU) de la faculté de médecine de Reims, j’ai décidé d’ouvrir une consultation spécialisée au sein du service mère-enfant du CHU.

Les consultations, qui accueillaient futures mères, nouvelles mamans et jeunes enfants, ont toujours été riches d’enseignements pour tous. D’ailleurs, nombreux sont celles et ceux du corps médical à s’y être relayés : jeunes étudiants en médecine, au DU, sages femmes en formation et des curieux de l’hôpital.

Tous découvraient alors cette thérapeutique qu’ils ne connaissaient pas. Et si le contexte hospitalier ne favorisait pas le « débordement empathique » (consultations courtes, cadre impersonnel, personnes présentes), cela permettait toutefois de riches échanges sur les opportunités offertes par l’homéopathie.

Après mes consultations, un petit tour dans le service des grossesses pathologiques me permettait de prendre en charge les problèmes de sommeil et autres angoisses liées à cette attente d’un éventuel accouchement prématuré.

Un jour, nous avons abordé le cas de deux patientes récusées pour des problèmes graves d’anxiété. J’ai alors suggéré de les prémédiquer avec un traitement homéopathique. Elles ont été opérées sans aucun problème.

Plus tard, la révision des protocoles du service a permis d’introduire la thérapeutique homéopathique en pré-accouchement, accouchement, gestes techniques, pré et post-opératoire.

Depuis, j’ai passé la main et l’aventure continue pour le bien de tous.

Par Antoine Demonceaux

Médecin généraliste, homéopathe et psychanalyste

Bonjour, je m'appelle Antoine Demonceaux. Je suis médecin généraliste, homéopathe et psychanalyste depuis plus de 35 ans. Je suis également le Président de l'association Centre Ressource Reims.