Charles III, Roi de la santé intégrative et des médecines complémentaires

Fustigé récemment dans un journal médical pourtant de qualité, le nouveau roi britannique est un féru de santé intégrative. Soigné, comme sa défunte mère par un médecin homéopathe, il a été vite sensibilisé à une vision écologique de la vie. Que ce soit le saccage de la nature, les cités-dortoirs, la croissance sans limite ou l’élevage intensif, Charles III se veut écologiste avant garde.

Un homme engagé pour une médecine plus globale

Dans son domaine laboratoire, il refuse les OGM, les engrais chimiques ou les pesticides. Il cherche à protéger le patrimoine génétique des animaux d’élevage britannique en montant un organisme visant à en encourager la production menacée par l’élevage en batterie.

Il défend auprès des ministres de la santé la pratique de l’ostéopathie entre autres thérapeutiques complémentaires qu’il souhaite faire admettre par le service de santé anglais, le NHS (National Health Service). Il a fondé une association défendant la médecine intégrative : Foundation for Integrated Health.

Sensible à une prise en charge globale de la personne : physique, émotionnelle et sociale, il fait partie de ceux qui pensent que la médecine est un tout et ne peut faire l’impasse de l’interaction de l’homme et de son environnement comme voudrait nous le faire croire une médecine des statistiques.

Il a été élu en 1982 à la présidence d’honneur de la prestigieuse British Medical Association. Dans son engouement pour une médecine de l’humain, il a tenté de faire passer un message du danger d’une médecine qui ne tiendrait pas compte des rapports de l’homme avec son mental et son environnement. Bien entendu, les caricaturistes qui luttent contre cette médecine intégrative, qui fait de la santé un tout, en ont profité pour en faire un opposant à la médecine moderne.

Charles III est un écologiste actif qui prône un respect de la nature et de ses habitants, qui expérimente une agriculture biodynamique qui se développe actuellement dans nos campagnes pour le bienfait de notre santé. Il lutte contre les OGM et l’élevage intensif qui se fait au détriment des animaux, mais également de notre équilibre. Il prône une médecine qui allie les progrès de la médecine scientifique avec les thérapeutiques complémentaire pour une prise en charge globale de la personne.

L’homéopathie a montré, au travers de l’étude EPI3, la réalité d’une médecine plus respectueuse de l’homme. Elle permet une optimisation de ses possibilités de guérir, bien sûr aidée par les apports de la médecine moderne lorsque le corps n’est plus en mesure de réagir.

Plutôt que de fustiger ce que l’on ne comprend pas, attitude peu scientifique, il serait préférable de mieux comprendre comment et pourquoi un organisme guérit et ce qui peut l’aider dans cette œuvre. Les thérapeutiques complémentaires l’ont compris et de ce fait sont mises en pièces par ceux qui considèrent que l’humain ne peut être guéri que par des protocoles statistiques.

Les trois « règnes » : humain, animal et végétal, sont pris en compte par ce roi de la santé intégrative dont nous souhaitons que l’accès à la royauté ne le prive pas de continuer à défendre.

Par SafeMed

Collectif de patients et professionnels de santé pour une médecine intégrative.