L’été arrive… Les moustiques aussi !

/ Temps de lecture : 3 min.

C’est l’été et nous allons pouvoir en profiter pleinement pour le plus grand bien de notre santé. Faisons le plein de Vitamine D avec le soleil sans oublier les protections anti-UV d’usage (crèmes, vêtements) et de nutriments contenus dans les fruits et légumes de cette saison si riche en diverses vitamines. Nous allons mettre en place une activité physique bénéfique et gérer notre stress par des ballades et du bon temps avec la famille et les amis. Mais les trouble-fêtes se sont invités à notre insu.

L’été est également le temps des moustiques. Le plus agressif d’entre eux, appelé « tigre » semble même réfractaire aux moyens simples et efficaces comme l’essence de citronnelle. Présent dans un premier temps uniquement dans le sud de la France, il remonte inexorablement vers le nord, probablement du fait du réchauffement du climat.

Connaissez-vous bien les moustiques ?

Ces insectes sont présents partout dans le monde à l’exception de l’Antarctique et de l’Islande. Favorisés par la stagnation d’une eau douce ou saumâtre, ils se développent très rapidement dès les premières chaleurs et sont vecteurs de la transmission de zoonoses comme le paludisme, la dengue ou le Chikungunya.

L’alimentation en sang est nécessaire à la ponte des moustiques femelles. Le sang contient des protéines utiles à la maturation des œufs. Pendant la piqûre, la femelle injecte de la salive anticoagulante qui provoque une réaction inflammatoire qui peut se développer en allergie chez certains. Les femelles moustiques sont essentiellement attirées par les odeurs : traces de dioxyde de carbone émises par la respiration et la transpiration, acides gras comme l’acide butyrique ou l’acide lactique émis par la sudation. Des thermorécepteurs permettent de repérer les veines. Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas la lumière, mais les odeurs qui attirent les moustiques femelles piqueuses. Les vapeurs d’alcool, de parfum, la chaleur du corps sont des éléments importants. Certaines espèces comme l’Anaphèle Gambiae, qui ne peuvent pas voler haut ne piquent que les chevilles. Cependant, rappelons-nous que la majorité des moustiques se nourrit de nectar de fleurs. Les moustiques femelles piquent essentiellement à la tombée de la nuit et pendant la période nocturne. Le vrombissement caractéristique du moustique est le fait des femelles et sert à attirer les mâles.

La prévention, élément essentiel

L’huile essentielle de citronnelle peut être efficace comme répulsif sur les moustiques communs. Le moustique tigre de plus en plus fréquent dans toutes les régions y est peu sensible. Il faut lui préférer des produits utilisés sous les tropiques comme Cinq sur Cinq. Une fois piqué, vous pouvez utiliser la Lavande aspic localement qui soulage bien. L’application de chaleur locale immédiatement après la piqûre ou d’un froid intense peut soulager très rapidement.

Des réactions intempestives

Nous ne sommes pas tous égaux face à cet insecte piqueur. Si certains ne sentent qu’à peine la morsure du moustique, d’autres peuvent faire des réactions très importantes comme un œdème ou des démangeaisons insupportables. La conséquence de la piqûre peut aller du simple prurit à la réaction allergique comme un choc anaphylactique.

L’homéopathie, particulièrement efficace pour ceux qui sont très réactifs aux piqûres de moustiques

Nous distinguerons deux terrains particuliers. Certaines personnes expansives, bien portantes, épicuriennes et ayant toujours trop chaud seront mieux avec une dose de Sulfur 30 CH 1 ou 2 fois par mois. Celles qui sont plutôt renfermées, susceptibles et ayant une fâcheuse tendance à maigrir pourront prendre Natrum muriaticum 30 CH à la même posologie.

Concernant le traitement local, une amélioration par le froid vous fera prendre Apis mellifica 9 CH, 5 granules toutes les heures et celle par le chaud Urtica urens 9 CH à la même dose. Dans tous les cas une prise tous les 2 ou 3 jours de Ledum palustre 5 CH sera bénéfique.

La piqûre de moustique n’est pas une fatalité. Fermez bien vos fenêtres et portes de chambre dans la journée ou mettez une moustiquaire si vous êtes envahis. Portez des vêtements longs à la tombée de la nuit et mettez un répulsif sur les parties découvertes.

 

 

Par SafeMed

Collectif de patients et professionnels de santé pour une médecine intégrative.