Déremboursement de l’homéopathie : les professionnels témoignent

Face à la prise de position de la Haute Autorité de Santé en faveur d’un déremboursement de l’homéopathie, de nombreux acteurs de tous les horizons professionnels se sont manifestés. Médecins, prix Nobel, enseignants chercheurs et personnes issues de la société civile ont fait valoir leur opinion sur le sujet. Pour eux, rien ne justifie la décision de la HAS. Certains y dénoncent même le lobby de « Big pharma », qui jouerait un rôle crucial dans le débat actuel.

L’homéopathie défendue par des acteurs influents

De nombreux chercheurs, médecins et enseignants ont choisi leur camp. Pour eux, le déremboursement de l’homéopathie par la sécurité sociale est une hérésie : l’homéopathie fonctionne et ses effets ont depuis longtemps été prouvés. L’hebdomadaire La Vie, dans son article Haro sur l’homéopathie, a d’ailleurs réuni les témoignages de nombreux acteurs du monde homéopathique. Lesquels ont fait valoir leurs arguments.

On y retrouve notamment des médecins et chercheurs très influents comme le professeur Jean-Luc Montagnier, prix Nobel 2008 de médecine. Ou encore Marc Henry, enseignant-chercheur à l’université de Strasbourg, directeur du Laboratoire de chimie moléculaire de l’état solide. Tous démontent un par un les arguments de leurs opposants. Pour le professeur Montagnier, « les pseudo-scientifiques ce sont ceux qui refusent d’admettre les faits qui bousculent nos certitudes ».

Certains vont même jusqu’à utiliser des supports originaux pour défendre l’homéopathie, comme le Dr William Suerinck, psychiatre homéopathe, auteur du film Homéopathie, une autre voie, diffusé en avant-première le 16 mai à Paris.

Le lobby de l’industrie pharmaceutique dans le débat sur l’homéopathie

L’homéopathie en France est largement plébiscitée par la population. Le sondage Ipsos sur l’homéopathie révèle d’ailleurs que 76% des Français ont une bonne image de l’homéopathie, et que 3 Français sur 4 ont déjà pris des granules homéopathiques au cours de leur vie. Si cette étude met en lumière le fait que la France est un des plus gros consommateurs d’homéopathie dans le monde, elle sous-entend surtout qu’elle consomme, de ce fait, moins de médicaments conventionnels.

Cette baisse de consommation des médicaments classiques traduit un détachement par les patients français de l’industrie pharmaceutique. Appelée « Big Pharma » par ses détracteurs, elle n’hésiterait pas à faire intervenir un lobby puissant pour contrebalancer le débat, et faire pencher la décision de la HAS en faveur du déremboursement.

D’où le courrier d’un lecteur du journal Le Dauphiné Libéré, qui explique, dans l’article Le remboursement des médicaments homéopathiques, que : « l’homéopathie, c’est sûr, ne guérit pas tout. Mais elle a l’avantage de n’avoir aucun effet secondaire et ce pour un moindre coût. Alors je voudrais comprendre…Ça éviterait sûrement beaucoup de journées d’hôpital. Seulement ministres, médecins et pharmaciens profitent de la générosité des laboratoires pour s’offrir des vacances… ».

Par SafeMed

Collectif de patients et professionnels de santé pour une médecine intégrative.